Info complémentaire


Collier - obsidienne - onyx - R0032Lithothérapie : des pierres si précieuses

Des cristaux dans nos cellules
Utiliser des minéraux pour se faire du bien n’a rien d’une nouveauté. C’est probablement quinze mille ans avant notre ère que la lithothérapie serait née, lorsque l’homme préhistorique recherchait dans le minéral force, protection et fécondité. Mais ce sont les Egyptiens, trois mille ans avant Jésus-Christ, qui ont organisé le symbolisme des pierres :
leur couleur et leur emplacement sur le corps gagnent alors en signification et en précision. En Chine, en Inde, mais aussi en France au Moyen Age, on les utilisait quotidiennement. Aujourd’hui, intégrée dans les thérapies énergétiques, la lithothérapie suscite un intérêt croissant souvent mêlé d’interrogations, voire de cynisme. Comment un objet inerte peut-il faire de l’effet ?

Au commencement était la pierre, se souviennent tous ceux qui recherchent en elle un moyen de se régénérer. Le spécialiste Gérard Cazals, créateur de l’entreprise Cristal’Essence, s’y intéresse avant tout comme vecteur de bien-être: « Dans l’idée de ressourcement, il y a celle de retour aux sources. Or, le monde minéral est à l’origine de l’univers.
Nous considérons qu’il existe dans notre corps une trace de toute notre histoire, y compris celle-ci. D’où la présence de sels minéraux, mais aussi de petits cristaux que l’on trouve dans les noyaux de nos cellules comme dans notre cerveau. » Selon lui, une pierre extérieure pourrait avoir un impact sur la mémoire profonde de nos cellules, avec lesquelles elle entrerait en résonance apaisante. Partant de ce principe, son contact nous serait bénéfique. Contact qui peut être physique (en la portant sous forme de bijou, en l’ayant dans sa poche, en la tenant à la main), mais aussi psychique (la pierre devenant un support de méditation, ou étant mise en place sous forme de mandala – une manière spécifique de disposer les pierres dans une pièce). Mais si les pierres trouvent en nous un écho susceptible de nous détendre, peuvent-elles pour autant prétendre soigner ?

Cette idée selon laquelle une pierre pourrait avoir une action salutaire pour notre santé peut sembler saugrenue.
Totalement empirique, cette technique n’a d’ailleurs jamais fait la preuve scientifique de son efficacité.

Une histoire de vibrations
Pourtant, certains inconditionnels affirment se soulager ou se revitaliser par apposition de pierres minutieusement choisies : « Sujette aux douleurs dorsales, j’utilise des petits cristaux pour venir à bout de mes crises, affirme Gaëlle,
32 ans, hôtesse de l’air. Je les applique quelques jours sur mes reins en les fixant avec un sparadrap, et la douleur disparaît. Je ne comprends pas, je ne sais même pas si j’y crois, mais ça marche sur moi. » Les personnes rationnelles expliqueront de tels phénomènes par l’effet placebo, c’est-à-dire par la croyance que place le patient dans sa guérison.
« Les pierres, et surtout les cristaux, sont plus que des placebos ou des objets transitionnels ! s’indigne Reynald Boschiero, spécialiste de lithothérapie, auteur du “Guide des pierres de soins” (Marabout, 2000). Les résultats que nous obtenons l’attestent au quotidien. »

Certaines hypothèses ont été avancées. La physique quantique l’a montré, la matière qui nous apparaît comme solide est en réalité constituée à 99,99 % d’un espace vide baigné d’énergie. Or, cette énergie est animée de vibrations dont les fréquences varient selon les objets. « La lithothérapie cherche à capturer cette force spécifique des pierres pour améliorer la vitalité d’un organe, soit en lui apportant de l’énergie, soit en y dispersant l’énergie en excès », explique la thérapeute Galya Ortéga, qui les utilise lors de ses massages. Le biophysicien suisse Walter Stark va dans la même direction : selon lui, les vibrations électromagnétiques des gemmes seraient analogues aux vibrations cellulaires du corps humain, ce qui expliquerait leur pouvoir de régulation des cellules de l’organisme. Là où l’acupuncteur travaille avec un outil très simple (une aiguille) sur un système très complexe, le lithothérapeute travaille avec des outils
complexes (une multitude de pierres) sur un système énergétique simplifié.
Celui-ci se résume le plus souvent aux sept chakras principaux (centres d’énergie en médecine indienne) et parfois à quelques méridiens. Petite soeur de l’acupuncture donc, mais aussi de la chromothérapie, qui traite par les couleurs, et de la magnétothérapie, qui utilise l’énergie des aimants, la lithothérapie va se servir des pierres de manières multiples.

Paradoxalement, je sentais aussi mes mains et mes pieds “fourmiller” de courants énergétiques. Mais surtout, alors que j’avais les yeux fermés, j’avais l’impression de voir une lumière violette dans mes pensées. J’ai su ensuite que j’avais une améthyste posée au niveau du troisième oeil, sur le front ! A la fin, je me sentais comme une boule d’énergie, à la fois détendue et revitalisée, et ces bienfaits ont duré une bonne semaine. Je suis dorénavant convaincue qu’un tel soin n’est pas anodin. » Il est aussi possible de procéder à des massages avec des huiles dites chargées : dans ce cas, on laisse en permanence des pierres dans une bouteille d’huile végétale (de l’huile d’amande douce par exemple). Ce même principe de dilution est utilisé pour réaliser des formules à avaler.

A la différence de l’oligothérapie qui soigne avec du métal pur (cuivre, or, argent, etc.), la lithothérapie dite « déchélatrice » (qui élimine les éléments polluants) se sert de roches et de minéraux (grès rose, calcaire, azurite, etc.) dilués mais non purifiés, puis présentés sous forme d’ampoules à ingérer. « On utilise l’ensemble de la roche, ses imperfections, sa richesse, son histoire », explique le docteur Véronique Bauman, qui les prescrit régulièrement. Selon elle, la roche entière, composée de sels minéraux complémentaires, aurait une action plus marquée qu’un seul d’entre eux isolé. Véritable traitement de terrain, assez proche de l’homéopathie dans sa conception, ce type de remède, que l’on trouve en pharmacie, peut être employé pour soulager des spasmophilies, des aphtes fréquents ou des
rhino-pharyngites à répétition (renseignements : www.homeophyto.com).

Au-delà de ces multiples façons de bénéficier de leurs propriétés, il importe de ne pas oublier le rôle sacré que les pierres, précieuses ou non, ont joué dans l’histoire de l’humanité. Symboles du pouvoir divin, on les recherchait pour leur capacité à canaliser l’énergie cosmique. Riches de forces lumineuses et mystérieuses, il semble bien que les pierres n’aient pas encore livré tous leurs secrets. Elles nous invitent toutefois à regarder d’une autre manière cet univers minéral qui semble si loin de nous et qui peut pourtant contribuer à notre vitalité.

BIJOUX BIENFAISANTS :
Selon les spécialistes, en portant la pierre en bijou, celle-ci transmettrait une partie de son pouvoir à la zone la plus proche : ainsi, les colliers, suivant leur longueur, stimuleraient la zone du plexus solaire (vitalité de l’être), du cœur (émotions), de la gorge (expression personnelle). Les bagues portées à la main droite favoriseraient l’action, alors que celles de la main gauche contribueraient à libérer l’affectif. Quant aux boucles d’oreilles, elles stimuleraient l’intuition, la clairvoyance et le sens artistique.

Les hommes peuvent également bénéficier de ces bienfaits grâce aux boutons de manchettes ou aux pinces de cravate. On se demande alors quelle pierre choisir. Des dictionnaires spécialisés vantent les vertus des gemmes pour soulager certains problèmes : le diamant, très puissant, nous rechargerait en énergie vitale et donnerait confiance en soi (offert avec amour, ses pouvoirs seraient décuplés…) , le cristal stimulerait l’imagination et l’intuition, l’émeraude préserverait la jeunesse, quant au rubis, il protégerait du stress.

FORMULE MAGIQUE :
Impossible de vous garantir l’efficacité d’un tel breuvage ! Il fait néanmoins grand bruit en ce moment chez les thérapeutes nord-américains. Pour le préparer, rien de plus simple : placez un cristal de roche (en vente dans les boutiques spécialisées) dans de l’eau distillée vendue en pharmacie (et non de l’eau déminéralisée destinée aux fers à repasser).

Au bout d’une nuit, le cristal aura cédé quelques-unes de ses particules et de son énergie à l’eau. Pour vous revitaliser, améliorer votre concentration et votre sommeil, il suffirait de boire un à deux verres par jour de cette eau sublimée, parfois connue sous le nom d’eau de Boenvite.